Photo header Lee Villeneuve

Le Jiu-Jitsu Brésilien, C’est quoi?

Tous les fans de combat libre (UFC, Bellator, Pride, Vale Tudo, K1 etc.) savent ce qu’est le Jiu-Jitsu brésilien. Mais pour ceux qui en savent peu sur cette discipline, je vais tenter de résumer l’origine de cet art martial ainsi que ses principes fondamentaux.

Le Jiu-Jitsu brésilien est un art martial brésilien dérivé du Jiu-Jitsu japonais traditionnel et du judo, qui se pratique principalement au sol et dont le but est de soumettre l’adversaire par étranglement ou clé d’articulation. Les frappes (coups de pied, poing, coude, tête et genou) volontaires sont interdites dans la pratique officielle.

Communément surnommé « le jeu d’échecs humain », le Jiu-Jitsu brésilien est un art martial moderne qui puise sa quintessence dans la technique, le timing et l’effet de levier plutôt que dans la force brute, permettant ainsi de dominer des adversaires au gabarit plus imposant.

Un combattant de Jiu-Jitsu brésilien s’appelle un jujitsuka. Il pratique son art vêtu d’un gi de jujitsu (prononcé « gui »).
Comme son ancêtre le judo, le Jiu-Jitsu brésilien possède de nombreuses similarités et quelqu’un qui n’y connaît rien pourrait facilement les confondre. Dans les 2 cas, on y retrouve: Des amenées au sol, Des immobilisations au sol, es clés d’articulations et Une absence de percussions (coups de poing, pieds, etc.).

Combat Lee Villeneuve
Jiujitsu

Histoire du Jiu-Jitsu

Alors que le judo met l’accent sur les projections pour amener l’adversaire au sol et les immobilisations, le jujitsu brésilien se focalise principalement sur le combat au sol et la soumission par étranglement ou clé. Par ailleurs, seules les clés de bras ou de coude sont autorisées au judo alors qu’au Jiu-Jitsu brésilien, chaque articulation peut être sujette à une clé douloureuse.

En 1904, Mitsuyo Maeda, talentueux disciple du père fondateur du judo, Jigoro Kano, se rend aux États-Unis pour promouvoir son art et y commence sa carrière professionnelle de combattant qu’il continuât avec réussite. Après plusieurs passages en Europe, en Amérique Centrale et au Brésil, Maeda décide de se poser définitivement dans ce dernier en 1917. C’est à cette époque qu’il enseigne le Jiu-Jitsu (c’était ainsi qu’était appelé le judo à cette période) à Carlos Gracie, fils de Gastao Gracie, pour remercier cet homme d’affaire influent de l’avoir aider à s’établir.

Après plusieurs années d’apprentissage, Carlos Gracie crée une école de Jiu-Jitsu et l’apprend à son tour à ses frères sauf à Helio Gracie qui devait se contenter de les regarder et d’écouter l’enseignement à cause de sa fragile composition. A ses 16 ans, un élève se présenta à Hélio en l’absence de son frère Carlos. Il proposa donc de commencer le cours en se servant des techniques qu’il avait mémorisées. Helio commence ainsi le Jiu-Jitsu et modifie petit à petit chaque technique pour l’adapter à son physique frêle (1m65 et 64kg), privilégiant la technique, le timing et l’effet de levier à la force brute. C’est la naissance du Jiu-Jitsu brésilien.

LE DÉVELOPPEMENT DU JIU-JITSU BRÉSILIEN

Pour asseoir la supériorité du Jiu-Jitsu brésilien et le perfectionner, Helio Gracie va défier des combattants de style différent sans distinction de poids avec brio. Pour son premier combat, il affronte un boxeur professionnel en 1932 qu’il soumettra par étranglement en 30 secondes. Il combat aussi contre Wladek Zbysko, ancien champion du monde de catch. Alors que le catcheur polonais pèse presque 2 fois plus lourd qu’Helio, le combat se soldera par un match nul. Sa notoriété s’étend jusqu’au Japon et après avoir battu plusieurs judoka de renom dont le numéro 2 japonais, le champion de judo incontesté, Masahiko Kimura, décide de venger ses pairs. Bien que Kimura fut largement victorieux, il n’en fut pas moins impressionné par Helio et lui proposa même d’enseigner son savoir à l’académie impériale du Japon.

L’AVÈNEMENT DU BJJ AUX USA GRÂCE À L’UFC

Pour promouvoir le Jiu-Jitsu brésilien, Rorion Gracie, fils d’Helio crée le célèbre Ultimate Fighting Championship. Avant de devenir la compétition réglementée qu’elle est aujourd’hui (limite de temps, catégorie de poids, test-anti dopage, etc.), l’UFC a d’abord été pensé pour se rapprocher d’un combat réel, un tournoi tous styles confondus et sans distinction de poids dans le but de trouver le combattant ultime. Entouré de plusieurs champions d’arts martiaux de pieds/poings (boxe, karate, kickboxing, etc.), Royce Gracie, fils de Helio et représentant du Jiu-Jitsu brésilien fait office d’outsider lors du premier opus. Pourtant, il finit par remporter le tournoi, marquant ainsi l’avènement du Jiu-Jitsu brésilien. Royce gagnera aussi les 2è et 4è éditions. Le Jiu-Jitsu brésilien, art martial encore méconnu aux États-Unis, va prendre son essor. Et avec les victoires de Royce aux 2è et 4è éditions de l’UFC, le Jiu-Jitsu Brésilien ne cessera de se populariser. En plus de démontrer la supériorité du jujitsu brésilien sur les autres arts martiaux, l’UFC et Royce Gracie ont permis de révolutionner la pratique des arts martiaux mixtes en introduisant le combat au sol. Aujourd’hui, tous les combattants de l’UFC et autres compétitions de combat libre sont adeptes du Jiu-Jitsu Brésilien. Le Jiu-Jitsu brésilien est d’ailleurs le sport de combat au sol le plus représenté chez les athlètes modernes de MMA.
George St-Pierre, Bisping, combat

GSP préparant un étranglement arrière lors de son combat contre Bisping